Rechercher

Vous êtes ici : Accueil >  Animations / Spectacles >  Troupes d’artiste >  Troupe de danse traditionnelle antillaise

Troupe de danse traditionnelle antillaise

Les 7 rythmes du Ka

Lewoz :
est un rythme guerrier, il rythmait les attaques de plantations, mais aussi une danse incantatrice .

Kaladjya ou Kaladja :
symbolise la lutte en amour.

Padjanbèl :
Est une danse de la coupe de la canne.

Graj :
accompagne les travaux de production agricole (ex : le grage manioc, le jardin, la cueillette).

Toumblak :
la danse du ventre, la danse de la fertilité

Menndé :
Serait le dernier rythme arrivé au pays avec la venue des congos

Woulé :
est la "valse créole" pour charmer et singer le blanc

Mayole :
le : « Le jeu des mayoleurs est un duel aux bâtons sous forme de danse.

Sobo Takouta

Mieux connaître le Gwo Ka
Le Gwo Ka est né à une période sombre de l’histoire des guadeloupéens au début du XVIIIème siècle. Il est non seulement une musique mais aussi tout ce qui gravite autour d’elle : la danse, les jeux, les blagues, une certaine manière d’être.
Les recherches musicologiques permettent aujourd’hui de trouver les racines du Gwo Ka dans les percussions et dans les chants des pays de la côte ouest du continent africain (Golfe de Guinée, ancien royaume du Congo...). A partir des musiques et des danses extrêmement riches et diverses de leur pays d’origine, les esclaves ont élaboré un outil de communication, un art nouveau (au même titre que le créole) : le Gwo Ka.

Ce genre musical se caractérise par une typologie africaine :
-  forme répétitive,
-  l’improvisation,
-  les mouvements physiques de danse liés à la musique,
-  les réponses entre un soliste et le choeur,
-  la syncope sur les temps faibles.

L’origine du mot Ka ou Gwo Ka demeure très ambiguë. Il viendrait d’un quart de tonneau qui servirait au transport de la viande, ou du N’goka que l’on retrouve dans le haut Dahomey et en Angola.On retrouve le mot Ka et Gwo Ka avec peu de variantes à la Nouvelle Orléans, en Haïti, à Cuba et aux Iles vierges.
Historiquement lié au système de la plantation, le Gwo Ka était une culture, de même que la manifestation Sware Lewoz, exclusivement rurale.

La musique Gwo Ka s’est adaptée au milieu et était présente dans tous les actes de la vie quotidienne (comme en Afrique) naissance, mort, gîte, révolte, tâches journalières,

Haut de page

Copyright © 2006 Artist'N Show